Accéder au contenu principal

Articles

L'Introduction

Je m’appelle Gira Desai et j’ai créé ce blog pour un projet d’honneur en « la Littérature et la Culture Françaises II » avec professeur Van Noort à la Université de Texas Arlington.J’ai fréquenté l’école qui a eu toute les femmes pour la majorité de ma vie. Par conséquent, je m'intéresse à féminisme et l’étude des personnalités féminines à travers l’histoire, particulièrement dans le domaine d’arts. La Révolution française a eu une période intéressante, socialement et historiquement. Elle a créé les changements drastique dans la structure sociale de la France, inclure les rôles et les relations de sexe.
Mes curiosités dans les arts, les femmes, et la Révolution française m’ont conduit étudier les artistes féminines françaises de l’institution célèbre, l’Académie Royale de Peinture et de Sculpture, pour mon projet d’honneur.
Articles récents

L'Académie Royale de Peinture et de Sculpture

Avant de discuter les artistes féminines de cette académie, il est important comprendre l’importance historique que l’Académie Royale a eu sur la France.L’Académie Royale de Peinture et de Sculpture a établi le 27 janvier 1648 par Louis XIV. Son peintre officiel de la cour, Charles Le Brun, a initié la création de cette institution pour distinguer des Guildes de Saint-Luc. L’Académie a commencé avec 12 « anciens » avec Le Brun pour son chef, et a protégé par Chancellor Séguier. En 1663, l’Académie a permis les gens du talent et du bon caractère à devenir les membres. À ce moment, l’Académie a donné 14 femmes l’adhésion. En 1673, l’Académie a créé une exposition ou le Salon pour la première fois, et a continué l’organiser annuellement dans le salon carrée du LouvreL’Académie Royale était, et continue à être, une institution d’art très respecté en France et le monde. L’Académie Royale a été créé comme un endroit d’éducation, des expositions, et comme une juridiction pour exposer les tra…

Catherine Duchemin

Bien que peu soit sachez Catherine Duchemin et son travail, elle est une figure historique pour L'Académie Royale de Peinture et de Sculpture. Catherine Duchemin était la première femme qui est devenue un membre dans l'Académie Royale le 14 avril 1663. Elle a été acceptée «en suivant l'intention du Roi qui est d'épandre sa grâce sur tous ceux qui excellent dans les arts de Peinture et de Sculpture, d'en faire part à ceux qui seront jugés dignes sans avoir égard à la différence du sexe».Catherine est née à Paris le 12 novembre 1630 à Jaques Duchemin, un sculpteur important, et à Elizabeth Hubault. On le croit que Catherine a commencé l'éducation dans le dessin à un jeune âge dans l'atelier de son père. Cependant, il est inconnu où elle a appris à peindre.Son mari, Francois Girardon, était également un artiste. À l'heure de leur mariage, il était un apprenti au peintre Nicolas Baudesson. Il rapidement s'est levé vers le haut et est devenu le directeur…

Adélaïde Labille-Guiard

Un des artistes féminins qui était les plus bien connus de l'Académie Royale était Adélaïde Labille-Guiard. Adélaïde est née le 11 avril 1749 à Paris à un haberdasher parisien. Sa vie était une remplie de scandale et de rébellion, qui l'ont causée à séparé de son mari qu'elle a épousé en 1769.

Tandis qu'adolescent, Adélaïde a été formé par le miniaturiste François-Elie Vincent. Son premier travail, une miniature autoportrait, a été exposé chez l'Académie Saint-Luc en 1774. La pièce a indiqué son contact impatients et son attention aux détails. Elle a commencé les pastels sous Maurice Quentin de la Tour. Son « Le Portrait de Marquise de Montciel » a montré son attention à représenter le caractère avec réalisme, particulièrement dans les détails au sujet des textiles. En 1777, Adélaïde est devenue un apprenti pour le peintre d’huiler, François-André Vincent. Après l'Académie Saint-Luc a dissousen 1776, Adélaïde a mis ses expositions au Salon de la Correspondance e…

Anne Vallayer-Coster

Anne Vallayer-Coster était une artiste féminine douée de l'Académie Royale de Peinture et de Sculpture. Elle est née le 21 décembre 1744 à un orfèvre, donc la famille d'Anne faisait partie des cercles artistiques en France. Elle a dépensé la majeure partie de son enfance fonctionnant à l'usine de tapisserie de Gobelins, où elle a appris des techniques des artistes et des artisans. Anne Vallayer-Coster a également reçu le patronage de Marie Antoinette et les filles du Roi Louis XV, Madames Adélaide et Victoire. Cependant, à la différence d'Adélaïde Labille-Guiard, Anne a quitté la France pendant la révolution parce qu'elle était une royaliste. Marie Antoinette était son patron plus important, en fait elle a été nommée comme le peintre pour la cour de Marie Antoinette. Marie Antoinette l'a aussi fixée un endroit au Louvre. Anne a joint l'Académie Royale en 1770 après elle ait soumis sa peinture de la nature morte « Les Instruments Musicaux. » Suivant son adhés…

Élisabeth-Sophie Chéron

Élisabeth-Sophie Chéron était un artiste féminine, une musicienne, et un auteur bien connus et doués. Elle était une femme globale de la Renaissance. Élisabeth-Sophie est née le 3 octobre 1648 à Paris à Henri Chéron, un peintre de portrait et un graveur. Sa famille était très artistique et elle a possédé un salon pour la musique avec son frère. Son père l'a formée en émaillant et la peinture miniature. Son père était un calviniste strict, mais sa mère était une catholique stricte. Tous les deux ont voulu Élisabeth-Sophie prendre leur religion. Cependant, Élisabeth-Sophie a choisi la foi de sa mère, et la religion est devenue un aspect important de sa vie. Élisabeth-Sophie est devenue un membre de l'Académie Royale en 1672, avec son autoportrait et sous le patronage de Charles Le Brun. Ainsi, elle était le quatrième membre féminin.Elle a exhibé son travail dans la littérature, la poésie, la musique, et l'art régulièrement à de divers salons autour de Paris. Ses portraits o…

Élisabeth Louise Vigée Le Brun

Élisabeth Louise Vigée Le Brun a été admis dans l'Académie en même temps que Labille-Guiard, à qui elle était a souvent comparé à et a été favorisé plus de. Elle était l'un des artistes de portrait les plus exigés de son temps. La vie d'Élisabeth comme beaucoup d'autres artistes féminins a été remplie des rumeurs scandaleuses, qui l'ont menée à divorcer son mari après qu'il ait été arrêté avec son frère.Élisabeth est née à Paris en 1755 à Louis Vigée, un membre d'Académie de Saint Luc, et de Jeanne Maissin. Comme un bébé, elle a été envoyée à une ferme dans Epernon, un village près de Chartes. À la ferme, elle a été occupée près d'une femme rurale pendant 5 années. En 1767, Élisabeth a commencé à suivre les classes du dessin de son père à son studio. Après la mort de son père, Élisabeth a continué à étudier l'art et a commencé à étudier au studio de Gabriel Briard.Élisabeth a également reçu le patronage de Marie Antoinette et Madames Adélaide et Vic…